Les intentions

Publié le par Fabienne Lacondemine

"Pour pouvoir réellement créer des intentions efficaces qui agiront sur l'ADN superflu, nous devonsd'abord être en mesure de rester présent à notre partie véritable. Cela présuppose aussi de l'accueillir et de rester présent dans notre corps plutôt que de l'éviter par des mécanismes de fuite. Nous avons tendance, en période d'inconfort, à nous dissocier de notre corps. Ce mécanisme de fuite s'apprend dans l'enfance, car à cette période de notre vie nous ne sommes pas très solidement lié au corps et il nous est facile de "sortir de notre corps". Cependant, une fois adulte, nous ne pouvons pas être présents à notre vulnérabilité si nous sommes dissociés de notre corps.
Passer du temps avec notre partie vulnérable, celle qui transporte avec elle tout un aspect d'impuissance, ne signifie pas que nous ne ferons que çà et rien d'autre et que notre réalité sera imprégnée d'une impuissance continuelle. Cela signifie que nous serons en contact avec tous les aspects de nous-même et qu'il nous faudra travailler au centre de nous-m^me la vision d'une intention centrale. Si je ne suis pas en contact avec ma partie vulnérable, c'est elle qui commende par les programmations par défaut qu'elle m'impose. Si je suis en contact avec elle, c'est moi qui commande puisque je peux entamer un dialogue avec elle et définir en même temps une nouvelle réalité pour moi-même. Par exemple, je peux ainsi dire à cette partie vulnérable de moi-même: "je vais passer du temps avec toi, je vais rester avec toi " et parallèlement, "je choisis de vivre ma puissance même si j'ai une partie de moi qui souffre". Le simple fait de formuler une intention qui inclut ma vulnérabilité (même si j'ai une partie de moi qui souffre) me donne le droit de faire autre chose que de subir mes programmations par défaut et choisir de vivre dans ma puissance. En d'autres mots, j'utilise ma vulnérabilité pour créer plutôt que de la laisser me limiter. Ce faisant, elle devient une richesse dans ma vie.
   Ce qui précède illustre bien le fait que notre "salut", notre véritable pouvoir, passe par l'acceptation de notre humanité et non par son rejet. Nous avons tendance à magnifier notre côté divin et à nous dire"je ne suis beau que lorsque je suis dans mon aspect lumineux". La vraie beauté, le vrai pouvoir viennent de l'équilibre entre notre lumière et notre ombre, celle-ci étant notre côté plus fragile et vulnérable."

Extrait de "L'ADN démystifié" de Kishori Aird

Commenter cet article