George Goodheart Kinésiologie

Publié le par Fabienne Lacondemine

A son origine, George Goodheart, un chiropracteur américain qui développe, dans les années 60, à partir des découvertes de la médecine occidentale et des principes de la médecine traditionnelle chinoise, un système appelé Kinésiologie Appliquée, réservé aux professionnels médicaux.

La kinésiologie recouvre un ensemble d’approches qui ont en commun le test musculaire manuel de précision.                                                                                 
 John Thie, chiropracteur et élève de George Goodheart, simplifie et vulgarise une partie de ses découvertes pour faire de la kinésiologie une technique de bien-être praticable en milieu famimlial.Ainsi naît le " Touch for Health ", technique d’équilibration énergétique.


A partir de là, des chercheurs, chacun dans son domaine, participent au développement de la kinésiologie. Parmi eux, Gordon Strokes, d’abord collaborateur de John Thie, et Daniel Whiteside orientent la pratique du test musculaire vers la levée des blocage émotionnels du passé et créent le système " One Brain " (Three in One Concepts).


Paul Dennison, enseignant spécialisé dans l’aide aux enfants dyslexiques, adapte les techniques de kinésiologie aux difficultés d’apprentissage. Il met au point l’Edu-Kinésiologie/Brain Gym qui utilise, entre autres, le mouvement pour faciliter l’intégration cérébrale.


Frank Mahony crée l’ "Hyperton-X ", technique utilisée dans tous les domaines sportifs, artistiques, scolaires.

Wayne Topping développe la " Kinésiologie du Bien-être "(Wellness Kinesiology) qui permet de travailler sur les émotions et les croyances limitatives.


Enfin, Richard Utt propose d’aller encore plus loin de par la vision holographique de l’être humain qui est la sienne et met au point la Physiologie Appliquée, qui constitue la base de nombreuses recherches actuelles en kinésiologie.


"Il faut savoir vieillir avec ses infirmités", "attendre que la crise d’adolescence se passe", "donner du temps à la dépression", "prendre des calmants pour dormir ; pour avoir moins mal" (parce que cela vient du "psychologique" ...


Qui n’a pas déjà entendu cela de la part de personnes bien intentionnées du reste et parlant au nom du bon sens ; c’est une petite phrase de ce genre qui a provoqué chez moi le désir de chercher s’il était vrai qu’il n’y avait rien d’autre à faire qu’à se résigner. Il existe des réponses, et la kinésiologie en est une, son moyen d’action, peu conventionnel sans doute, est remarquablement efficace ; les changements obtenus sont réels et permanents, il faut compter trois séances de base, et pour d’aucun cela suffit (tout dépend de l’ampleur de la demande). Chacun reste à tout moment maître du jeu. La personne qui nous aide est un "facilitateur" avec lequel des liens de dépendance ne se crée pas.


La Kinésiologie est efficace pour toutes les formes de stress. Celui du bébé qui empêche ses parents de dormir et celui des parents qui ne dorment pas, celui de l’écolier en difficulté d’apprentissage et celui de l’adolescent que ses examens paniquent, celui de la personne perpétuellement épuisée ou de celle qui devient incapable de prendre une décision, bref, elle répond à toutes les situations que nous "subissons" sans jamais pouvoir imaginer qtiil pourrait en être autrement. Il suffit pourtant de faire confiance en "la seule source valable pour les choix importants de notre vie : nous mêmes" (Gordon Stokes) et la Kinésiologie nous rend ce pouvoir.


La technique de base est le lien qui existe entre un test musculaire et l’énergie qui circule en nous. On constate un changement du tonus musculaire dès que quelque chose nous perturbe. Notre corps possède des "disjoncteurs" qui "sautent" s’il y a stress et qui peuvent se remettre en marche d’eux-mêmes, sauf.. si le stress dépasse nos capacités de rééquilibrage spontanée. Le court-circuit reste alors inscrit dans notre corps et provoque des blocages qui se manifestent parfois des années plus tard (le corps n’oublie rien et nous pouvons lui poser des questions). Ces blocages sont de nature diverse, allant de l’allergie à la douleur, de l’échec à l’hyperémotivité paralysante, de la dépression à la boulimie...


La Kinésiologie rééquilibre l’énergie (Touch for Health), efface le stress (One Brain), bref remet en marche les disjoncteurs là où ils ont sauté, permettant ainsi à la personne de disposer de toute son énergie pour résoudre son problème. Totalement respectueuse de la personne, la Kinésiologie laisse toujours le pouvoir à celui qui se fait aider.


Le Touch for Health équilibre l’énergie dans l’ensemble des méridiens, le One Brain dissipe les émotions du passé qui bloquent la perception du présent, l’Edu- Kinésiologie s’adresse à toutes les difficultés d’apprentissage (enfants ou adultes).


Dominique Monette, Directrice de l’Institut Belge de Kinésiologie

Article mis à jour le vendredi 22 mars 2002

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article