Les mots du bébé in utero

Publié le par Fabienne Lacondemine

par Brigitte Denis

 

 

L'enfant, pendant sa vie prénatale, n'est pas régi que par ses seuls sens physiques. Il peut penser, ressentir, percevoir, réagir, apprécier, rouspéter ou refuser... Et il sait très bien dire exactement quel besoin chez lui n'est pas comblé.

 

Toute la gamme des émotions

Le foetus vit des émotions, les siennes et non seulement celles de sa mère par symbiose. Certaines sont agréables, d'autres sont... moins confortables. Il les vit avec la même intensité et les mêmes nuances subtiles que les adultes: peurs multiples, colères, tristesses, deuils, appréhensions et aussi joies, enthousiasme, fébrilité, etc. Mais ces sentiments s'expriment extérieurement de façon différente puisque ce tout-petit n'a pas encore accès au langage verbal.

 

Lui donner la parole

"Quand on ne peut pas parlera, on trouve d'autres moyens de communication." disent Anne et Daniel Meurois-Givaudan dans leur livre Les Neuf Marches. Le foetus essaie de communiquer avec ses parents de plusieurs façons mais parfois son besoin de passer son message est si fort qu'il n'hésite pas à prendre des moyens plus musclés pour réussir à se faire entendre. Alors la grossesse semble moins bien se dérouler et certains maux viennent déranger la femme enceinte. 

 

Les mots du foetus

Si tous les maux de la grossesse semblent ne venir que du corps de la mère-en-devenir, il ne faut pas s'y tromper. Il est vrai que parfois certains malaises lui appartiennent en propre mais d'autres appartiennent réellement au foetus et sont pour lui une forme de langage. Ces maux sont ses mots à lui.

 

Les départager clairement

Les départager est la première étape vers la guérison. Lorsqu'un symptôme surgit durant la grossesse, il est essentiel de se poser la question suivante: "qui parle?" Il est possible de traduire mots pour maux toutes ces souffrances de façon très précise. Comprendre la source des symptômes et leurs racines profondes puis répondre au besoin essentiel non comblé démarre le processus de guérison à l fois pour l'enfant et pour la mère. "Ce que le corps ne peut pas dire en mots, il le crie avec ses maux" dit sagement Jacques Salomé. Ceci est vrai aussi pour le foetus.

 

La parole au foetus

La kinésiologie périnatale donne véritablement la parole au foetus. Offrir cette opportunité au bébé, lui permet de dire ses peurs actuelles, ses espoirs, ses besoins précis et comment il souhaite que ses parents l'accompagnent en conscience et en gestes précis dès maintenant. Le fait de nommer sa difficulté ouvre des portes et facilite son arrivée... et le travail des parents plus tard. C'est un cadeau d'amour magnifique qu'on lui offre. Et souvent, lorsqu'il peut enfin mettre des mots sur sa souffrance, il... guérit. Ne dit-on pas qu'un corps en santé est un corps silencieux?

 

Accessible à tous

Mais qu'est-ce donc que la kinésiologie? Il s'agit d'une technique toute simple qui a été découverte à la fin des années soixante, aux États-Unis par un chiropraticien, le Dr Goodheart. Pour les parents cette approche est très facile à apprendre. De mon côté je leur enseigne les bases de cette technique pour leur permettre de dialoguer avec leur bébé et construire ainsi une belle relation avant même de le voir et de le tenir dans leurs bras. Pourquoi attendre neuf mois avant de le rencontrer lorsqu'il est si facile de le faire dès maintenant? Cette technique ne nécessite de notre part aucun don spécial, ni de médiumnité, ni de clairvoyance. Rien à voir avec l'ésotérisme. C'est physique.

 

Durant la grossesse

Les parents-en-devenir peuvent l'utiliser durant la grossesse pour apprendre à mieux le rencontrer et le connaître. Dans mon bureau, les mères-en-devenir viennent également pour les maux suivants: nausées, vomissements, constipation, hémorroïdes, diabète, anémie, basse ou haute pression (et pré-éclampsie), fatigue, angoisse, col "incompétent", placenta proevia ou décollement partiel du placenta, saignements, insomnie, maux de dos, peu de gain de poids ou surpoids, mauvaise présentation du foetus, croissance foetale ralentie ou insuffisante, contractions, retard par rapport à la date prévue d'accouchement, etc.

 

En préconception

En préconception, les couples viennent pour comprendre une ou des fausses-couches, pacifier un deuil périnatal passé, faciliter l'adoption, nettoyer les lignées maternelle et paternelle, donner du sens à une infertilité inexpliquée ou au départ d'un enfant in utero, etc.

 

Véritablement ensemble

S’apprêter à naître, pour certains bébés, c’est se sentir exilés vers un pays inconnu et leur arrivée peut être perturbée par des états d'âme et de coeur en souffrance. Lui démontrer concrètement, par une écoute attentive, que dès maintenant et pour toute sa vie, ses parents sont présents à lui est une façon très efficace de le rassurer avant de voir le jour. Cet accueil facilite la naissance -et l’accouchement par le fait même- en lui permettant de collaborer entièrement et de se présenter aux portes de sa vie avec joie et enthousiasme.

Commenter cet article