Lettre intérieure, le 31/07/2011

Publié le par Fabienne Lacondemine

                                            Carte visite Naissance d'Etre

 

 

Qui suis-je? Suis-je ces souffrances? Suis-je ces troubles, auxquels je me trouve confrontée quand mon compagnon me quitte? Suis-je celle que je dois être pour plaire et non déplaire?

Je ne sais plus qui je suis. Alors que faire quand on se trouve ainsi démuni? Ainsi privé de sens, privé de son essence. Comment devenir qui l'on doit être si on ne se connait pas soi-même? Que faire? Que faire si je ne trouve pas la solution à mon problème, dilemme. Dilemme de ne pas pouvoir prouver qui l'on est.

Je ne sais pas qui je suis et pourtant je sais qui je veux être. Etre celle que je suis. Sans détour, ni entrave, sans douleur, sans leurre. Que faire alors pour subvenir aux besoins de mon être? S'il n'est pas tout près de moi pour m'inspirer, pour me chanter qu'il m'aime, que suis-je sans lui? Pleine d'amertume? Pleine de haine? Pleine de souffrance? Que faire? Que faire alors pour se retourner et constater qu'on n'a pas tout loupé mais seulement pris un autre chemin, un peu plus long, un peu plus sinueux pour arriver au même stade, au même carrefour. L'être en soi, l'unité de son être, malgré les peines, malgré les joies, dans la paix de l'âme, dans la paix de l'être.

J'aime qui je suis, j'aime être qui je suis. C'est mon plus long combat, mais quelle aubaine de savoir qui je suis et que je le suis pour la vie. La vie entière,  la vie éternelle, la vie d'un sourire, la vie d'un soupir.

Je ne sais qui je deviendrai mais je le sais au fond de moi: je resterai la même, la même qui, au fur et à mesure du temps veut retourner dans son temple, dans son être et connaître la fin heureuse d'un être qui s'aime, qui se plaît et qui sème.

Heureux sont les gens qui ne s'aiment pas , par manque d'intérêt pour eux-mêmes, par manque d'intérêt pour les autres.

Mais ce qui est important par dessus tout est de s'aimer soi-même pour aimer l'autre comme si on s'aimait soi-même.

Quelle lourde tâche que ceci, quelle lourde tâche que de suivre ce destin tout tracé qui est de se révéler à soi-même et perpétrer la trace que je suis.

Quel honneur pour les autres que d'être eux-mêmes par rapport à ce que je vis. Car ce que je vis n'est pas de tout confort je l'avoue: je préfèrerais  être qui je suis, comme je suis , mais je suis ce que je suis parce qu'au fond de mon être, vit une femme adorable qui se contemple, qui émerge et qui ne sait pas encore où elle va, mais qui y arrive petit à petit, sans heurt, sans défense, sans peur.

Alors croyez moi, je suis celle que je suis et j'aime être cela, pour la simple raison que je suis la meilleure pour moi-même.

Alors croyez moi je suis telle que je suis, sans encombre, sans peine. Je suis ce que je suis, mes amis.

Merci.

 

Lettre Intérieure

Fabienne

 

Publié dans Lettre Intérieure

Commenter cet article