Lettre Intérieure, le 10/10/2012

Publié le par Fabienne Lacondemine

                           a.jpg

Quel devenir pour celui qui n'a pas encore trouvé son autre, son âme-soeur, et qui pleure de ne jamais la rencontrer?

Pourquoi la vie est-elle aussi pénible en ces temps pénibles et pourtant si salutaires?

Il m'arrive parfois d'oublier qui je suis car je ne sais plus si je suis celle qui doit prendre l'initiative d'un ailleurs, ou tout simplement me dire que si je suis là, c'est pour une raison bien spécifique et bien fondée, que je ne connaîtrais que bien plus tard.

Alors écoute le son de ton coeur pour t'harmoniser avec lui et découvrir ce qu'il a à te dire. N'oublie pas: ce qu'il a à te dire n'est directement lié qu'à toi et personne d'autre. Ne t'oblige pas à écouter si tu n'en as pas envie, mais persévère dans ta quête de toi plutôt que d'oublier ton coeur. Il raisonne sans cesse en toi. Pourquoi? Pour te parler de ce que tu es, de qui tu es, et pour ne pas te perdre dans les méandres toujours plus sophistiqués de la maturité de l'âme.

Alors persévère encore, même si tu n'en as plus du tout envie. Persévère encore jusqu'à oublier qui tu es, car tu n'as plus besoin de  cela, plus besoin de te rappeler ton âme, elle est là pou toi, pour te donner la joie, la soif de vie, la soif d'amour.

Et si tu la perds, que deviendras-tu? Folie, ambition perdue, ambition cachée, ... que sais-je? Ne recule devant rien, même si tu as peur de te perdre à nouveau devant tant de haine, devant tant de hargne, et devant tant de colère. Tu sauras retrouver ton chemin, toujours et encore.

Alors n'oublie pas comme tu es belle en ces temps de grâce, comme tu es forte en ces temps de clameur.

Tant de poigne te font perdre le goût de l'amour, mais pourquoi se perdre, tu es là désormais, auprès de moi.

Alors renonce et tu sauras que je suis là pour l'éternité auprès de toi, ma douce, et ne recule pas pour me voir mieux que je ne suis, tu pourrais te perdre à nouveau. Je suis celle que tu cherches à chaque recoin, dans chaque encadrure de porte.

Je suis celle qui ne peut succomber à tes charmes car je ne suis pas joignable autrement que dans le coeur.

Alors suis-moi ou enfuis-toi mais sache que tu ne renonceras pas, jamais, j'en suis certaine. Ton allure est trop vive, pourtant je suis sûre d'être celle qui comble tes désirs en avance. 

 

Lettre Intérieure

Fabienne

Publié dans Lettre Intérieure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article